mon MONITEUR D'escalade à marseille

L'ESCALADE À MARSEILLE ET EN RÉGION PROVENCE-ALPES-CÔTE D'AZUR

Une rencontre sur un site de bloc d'escalade m'a conduit à Marseille.

Le dépaysement est grand comparé à ma Haute-Savoie natale. Mais les journées d'escalade s'achevant au coucher de soleil face à la mer m'ont convaincu. Dans le sud, on grimpe dehors toute l'année, de quoi rêver...

C'est pour cela que depuis plus de 10 ans, je suis moniteur d'escalade à Marseille et dans la région Provence-Alpes-Côte d'Azur. Je souhaite partager avec vous ma passion, vous faire découvrir les spots mythiques du sud-est de la France : Les Calanques de Marseille, la Montagne Sainte-Victoire...

L'escalade c'est s'en remettre à soi, s'abandonner à l'autre, respecter la nature et rester humble.

Je serais très heureux et honoré de partager cette relation de confiance avec vous.

À bientôt,

Antoine

CE QUE JE SOUHAITE VOUS TRANSMETTRE - MA PÉDAGOGIE

 

Pour ce qui est d'enseigner, ça s'est fait naturellement. J'ai toujours apprécié la compagnie des gens, rencontrer du monde, écouter, discuter, partager.

Éduqué à la pratique de la montagne et tout ce que cela implique, je souhaite aujourd'hui transmettre mon expérience et mon vécu.

Ma pédagogie : je vous écoute et j'adapte des cours et initiations. Je vous fais vivre une expérience inoubliable de la montagne, à votre niveau.

J'ai grimpé avec de nombreuses personnes sur de nombreuses falaises. Je maîtrise l'ensemble de la discipline et espère proposer une bonne formation.

 

Personne ne cherche la même chose au pied d'une falaise ou d'un bloc. Il y a certes des incontournables respecter en escalade comme être bien attaché… Mais sinon on peut commencer l'escalade dehors, dedans, en falaise, ou même en grande voie.

Un couple qui débute n'a pas les même attentes qu'une famille qui souhaite passer un moment conviviale ou bien un sportif et sa bande d'amis recherchant de sensation fortes.

MA PRATIQUE DE L'ESCALADE

 

L'escalade est plus qu'une passion ou qu'un métier. C'est pour moi un mode de vie.

Je porte autant d'intérêt à la performance qu'à la découverte de nouvelles falaise ou encore qu'à passer des moments conviviaux. Ces choses sont liées. Elles animent ma pratique.

J'ai voyagé pour grimper sur nombre de falaises mythiques du monde.

  • En Europe : Céuse, les Gorges du Verdon, Fontainebleau, Buoux, le Cimaï, Kalymnos, Finale.

  • Au Maroc, pour la grande voie, perdus au milieu de l'Atlas à plusieurs jours de marche de la civilisation où l'accident n'est pas envisageable. Cela demande une concentration énorme, une confiance totale en l'autre. La réussite se fait à 2 ou pas du tout.

  • Aux Etats Unis sur le grès rouge et les fissures parfaites d'Indian Creek. L'escalade "en verrou" demande beaucoup d'engagement et de détermination, c'est magique !
    J'ai apprivoisé le Highball à Bishop, des blocs de 5 à 8 mètres de haut! La chute ne s'envisage plus passé une certaine hauteur...
    Au Yosémite, je me suis trouvé tout petit en face d'El Cap. Le hasard m'a permis de rencontrer Alex Honnold un soir au camp de base, une chouette personne!

" Carte blanche " 8a Céüse

L'ESCALADE - LA PASSION D'UNE VIE

 

Tout commence en 1987 au Champel, petit village de Haute Savoie perché à 1250 m d'altitude. Petit, l'hiver je descend en luge à l'école. L'été mon jardin s'étend au massif du Mont Blanc.

La montagne me façonne. Les odeurs de la rosée sur la roche, le bruit de la neige qui tombe, le silence au milieu de la nuit sur un glacier. Toutes ces choses font partie de mon quotidien.

LA MONTAGNE COMME ÉCOLE

 

Dés mon plus jeune âge je pratique les sports de montagne. Mes parents me mettent sur les skis dès l'âge de 2 ans.

Je fais mon apprentissage de l'escalade à la MJC de ST GERVAIS puis au Club Alpin Français.

Encadré par les guides de Haute Montagne, mes débuts sont quelque peu difficiles. 

À 14 ans je ressens un besoin fort de me dépenser. Mon voisin, un ami, se construit un pan d'escalade.

Nous commençons à grimper une fois par semaine, puis deux, puis quatre.  On se retrouve à plusieurs copains dans une pièce de neuf mètres carré. Nous grimpons sur des pans de contreplaqué vissés au plafond, assurés par de vieux matelas., tout ça sur fond d'AC/DC, Metallica.

Les grands, avec leur première voiture, me conduisent en falaise. Un jour, ils m'emmènent en road trip…La magie opère. On part grimper, manger et dormir en falaise. La journée à se poncer le bout des doigts sur nos projets jusqu'à faire la croix (réussir la voie d'escalade). Le soir à manger des pâtes au coin du feu avec une petite bière. Pour dormir il ne reste qu'à s'allonger dans notre sac de couchage au milieu des étoiles, au pied de la falaise. Avec toujours cette légère brise qui nous caresse le bout du nez. 

 

Ma voie est toute tracée. C'est dehors que je veux être, sur un caillou ou sur la neige.

L'APPRENTISSAGE DE MON MÉTIER

 

En montagne le ski se pratique l'hiver, l'escalade tout le reste de l'année.

J'intègre en 4ème le sport étude ski pendant 2 ans, tout en continuant l'escalade. Ce cursus m'aidera plus tard à devenir moniteur de ski Diplômé d'État (DE).
La veille de mon entrée au lycée, j'intègre l'équipe départemental d'escalade. Ceci me donnera accès au sport étude escalade.

 

Après le lycée, tous les copains partent à la Fac. Tous, sauf 2.

Avec Luc, mon compagnon de cordée, nous décidons de passer notre BEES d'escalade. Nous pratiquons l'escalade depuis plusieurs années maintenant. On se fait entièrement confiance et ce dans toutes les situations. Nous préparons notre liste de voies d'escalade pour se présenter à l'examen d'entrée de la formation. Il nous faut présenter une trentaine de voies d'escalade entre 6c et 7a. Des grandes voies équipées et d'autres non équipées (Terrain d'aventure) de 200 à 400 mètres de haut plus une liste de 12 Canyons. Le massif du Mont Blanc est notre salle de classe.

 

La formation variée et exigeante demande un entrainement quotidien durant 2 ans. Nous sommes testés sur tous les niveaux : sécurité, engagement, prise décision, gestion de groupe, manips de secours, entrainement, pédagogie.

On ajoute à tout ça le temps libre passé en montagne. Les blessures, les échecs ainsi que les projets et les performances s'enchaînent grâce à l'acharnement et la motivation collective.

La formation et tout ce qu'elle implique forme des moniteurs motivés, passionnés, performants, qui vivent pour et grâce à ce sport.

Diplôme d'État de moniteur d'escalade
Diplôme d'État de moniteur de Canyoning

Contact

reservation

  • Facebook
Pour réserver, veuillez renseigner la date de la prestation et le nombre de participants.

Nom *

E-mail *

Sujet

Message

Lorton Antoine 2020 | Mentions Légales